Comment prier ?


Prier chaque jour, c’est se taire, s’écouter, s’aimer et aimer les autres, s’ouvrir au monde. Chaque type de prière nécessite une stratégie, et chaque prière est une bataille. Cependant, elle n’est pas facultative et s’applique à tout le monde.

Laurent Landete lui montre sa démarche, ancrée dans l’héritage chrétien de l’Église, et explique comment elle pourrait modifier la trajectoire de sa vie. Tous les baptisés, puisqu’ils sont tous appelés à une rencontre personnelle avec Jésus, sont inclus dans cette prière. Il est impossible d’avoir une vie significative en dehors d’une relation personnelle avec Jésus-Christ.

Peut-être que les gens pensaient que la prière était réservée aux religieux et au clergé, mais le Concile Vatican II a souligné la nécessité pour tous les chrétiens, y compris les laïcs, de lutter pour la sainteté.

Mon livre, Comment prier chaque jour (Ed. de l’Emmanuel), est écrit d’abord et avant tout pour ceux dans le monde qui reconnaissent le besoin de prière et d’une relation personnelle avec Jésus, mais qui n’ont peut-être pas le temps ou les ressources à consacrer à Soit. Au chapitre 15 de l’Évangile selon Saint Jean, Saint Jean cite Jésus disant : « Sans moi tu ne peux rien faire ». L’Apôtre Paul insiste aussi constamment sur ce point : « Soyez toujours diligent. Vous pouvez faire entièrement confiance à Christ en vous abandonnant à lui.

Le défi est de durer

De nombreux chrétiens de ces dernières années, en particulier ceux en pèlerinage ou à la retraite, ont découvert le pouvoir de la prière. Ils ont appris le lien épanouissant avec le Christ qui guide nos vies, apaise nos nerfs et nous enseigne à être justes dans nos relations avec les autres, avec nous-mêmes, avec l’argent, avec le pouvoir, et plus encore. Il s’agit d’une véritable rencontre en personne.

De nombreuses personnes ont le privilège de faire l’expérience de la prière, mais la question de sa durée se pose naturellement. Que devrais-je faire ensuite sur le tapis de prière ? Parfois, après la chaleur d’un pèlerinage ou d’une session d’été, la prière succombe au froid de notre inconfort.

Lorsque l’on prend pleinement conscience de la nécessité d’avoir une relation personnelle avec Jésus-Christ, se pose la question de savoir comment se donner les moyens concrets pour que la prière se poursuive au quotidien.

A lire aussi : la femme et leur comportement suivant leurs signes astrologiques

La prière, comme toute autre relation, s’apprend

L’exhortation apostolique de saint Jean-Paul II Novo Millennio ineunte (Au tournant du millénaire) nous rappelle la nécessité de faire de nos quartiers des maisons de prière. Bien prier demande de la pratique, comme toute autre compétence interpersonnelle. Il est facile de se laisser emporter par l’excitation d’une nouvelle relation, d’être ému ou même enchanté par une autre personne, mais en fin de compte, il faut apprendre à persévérer.

On dit souvent que la relation d’un couple a une poussée initiale d‘excitation basée sur des sentiments intenses et de nouvelles expériences, mais que le véritable test vient quand ils doivent affronter le quotidien de la vie ensemble.

Au cours des dernières années, on a rencontré et aidé un large éventail de personnes, en particulier des hommes, qui ont partagé avec moi le sentiment suivant : « Quand je suis devant le Saint-Sacrement et que j’essaie de prier, ça marche pendant un jour ou deux, mais ensuite je ne sais pas quoi faire, et je ne sais pas quoi dire, et on se sent un peu perdu. » Il y a de nombreuses années, un ami prêtre m’a demandé d’un ton un peu provocateur : « Que font tous ces gens devant le Saint-Sacrement ? On les a fait attendre une heure comme ça parce qu’on les a invités à prier pour la paroisse.

Les quatre pierres angulaires de la prière

Le premier pilier est le silence, le second l’écoute, le troisième l’adoration et le quatrième la prière ou l’intercession. À partir de là, j’ai pensé que nous pourrions diviser notre temps en quatre blocs pour aider les gens à construire des temps de prière autour de ces quatre piliers.

Cette approche repose sur une question supplémentaire et concrète : combien de temps par jour pouvez-vous consacrer à Dieu ? Aussi, une question de suivi : combien de quarts d’heure composent une journée entière ? La bonne réponse est 96.

Je veux dire, vraiment, combien de temps faudrait-il consacrer à Dieu ? Probablement moins de 1 %, peut-être même moins de 0,01 %. Vous n’êtes certainement pas réticent à consacrer au moins un dixième de pour cent de votre vie au Dieu qui offre tout à ceux qui le cherchent.

Alors, divisons ce quart d’heure en quatre moitiés égales pour commencer. Il y aura une période de silence de quatre minutes, une autre période d’écoute de quatre minutes, une troisième période d’adoration et une dernière période d’intercession. Lorsque cette période de temps est réduite de moitié, une croix apparaît en son milieu.

Nos prières sont exaucées par la Croix ; c’est une bataille acharnée. C’est le propre combat du Christ qui nous a poussés à prendre les armes. La vraie prière est l’offrande de Jésus au Père juste avant de se sacrifier sur la croix.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post